Procès-verbal de première comparution (de René de Peyrecave devant le juge Martin) le 23 septembre 1944

Source : A.N. Z 6NL 9

(…) D’ores et déjà, je tiens à protester contre cette inculpation infamante que rien ne justifie. Tout mon passé, au contraire, témoigne de mes sentiments nationaux. Je suis Lieutenant-Colonel de l’Armée de l’Air, Commandeur de la Légion d’honneur au titre militaire ; huit citations, trois blessures. Deux de mes fils ont été tués à la dernière guerre ; un troisième est Lieutenant pilote dans l’Armée Française du Sud ; un quatrième vient de s’évader d’Allemagne. Je suis tuteur d’un petit-fils orphelin de père et de mère, dont le père a été tué à la guerre.

Réflexion faite, je prends d’ores et déjà comme Conseil, maître Ribet.

Lecture faite persiste et signe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.