L’affaire Renault devant la Justice

Le 1er juillet 2010, un arrêt de la cour d’appel de Limoges condamnait le Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane pour avoir injustement associé le constructeur Louis Renault à l’un des pires crimes perpétrés par les nazis sur le territoire national.

Ouvert au public en 1999, le Centre avait en effet présenté une photographie de Louis Renault aux côtés d’Hitler et de Göring – photographie prise à un salon de l’automobile de Berlin avant-guerre. A côté de la légende (« Louis Renault présente un prototype à Hitler et Göring à Berlin en 1938 »), figurait le commentaire suivant:
« L’occupant disposait de 400 millions de francs par jour aux termes de l’armistice. Il ajoutait une victoire économique à sa victoire militaire. « Pouvait-on faire autrement que de travailler avec eux ? ». La majorité du patronat de l’armement, aéronautique¸ chimie, automobile, haute-couture…collabora. Louis Renault, « Une seule chose compte : moi et mon usine », fabriqua des chars pour la Wehrmacht. Renault sera nationalisé à la Libération »(1) .
Pendant deux ans, les petits-enfants de Louis Renault tentèrent vainement de trouver une solution à l’amiable afin de faire cesser cette atteinte à la mémoire de leur grand-père ; ils soulignèrent qu’une photographie prise avant-guerre lors d’un salon automobile ne pouvait illustrer un crime de masse perpétré pendant l’Occupation, que les usines Renault n’avaient jamais fabriqué de chars pour les Allemands et qu’enfin la phrase « une seule chose compte pour moi, moi et mes usines », avait été attribuée à Louis Renault trente ans après les faits par un ingénieur de l’entreprise dont les témoignages n’avaient cessé de varier(2).
Après avoir constaté que les usines Renault n’avaient pas fabriqué de chars pendant l’Occupation, les juges de la Cour d’appel de Limoges ont précisé qu’il n’y avait pas de lien entre le rôle joué par Louis Renault « durant l’occupation et les cruautés dont furent victimes les habitants d’Oradour-sur-Glane ». Ainsi le Centre s’était-il rendu coupable « d’une véritable dénaturation des faits »(3) .

Défendus par Maître Thierry Lévy, les petits-enfants de Louis Renault déposèrent une assignation devant le tribunal de grande instance de Paris, le 9 mai, 2011. Leur but est d’obtenir l’indemnisation du préjudice matériel et moral causé par la nationalisation-sanction, qui a été prononcée à la Libération, le 16 janvier 1945, contre le constructeur automobile. Ils ont pu mener cette action grâce au nouveau droit ouvert par l’instauration, en mars 2010, de la question prioritaire de constitutionnalité (QPC), qui permet désormais de contester une disposition législative devant le juge constitutionnel. Les huit enfants du fils unique de Louis Renault, Jean-Louis, mort en 1982, firent valoir que l’ordonnance du 16 janvier 1945 porte atteinte à plusieurs principes constitutionnels, dont le droit de propriété, garanti par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la personnalité des peines, la présomption d’innocence et les droits de la défense (4).
Le 11 janvier 2012, le tribunal de grande instance se déclarait incompétent. Selon Me Thierry Lévy, l’ordonnance du 16 janvier 1945 constituait une voie de fait, susceptible d’être attaquée devant les juridictions judiciaires et de donner lieu à une indemnisation. Mais le tribunal a jugé, qu’en «en l’absence de voie de fait établie», seules les juridictions administratives pouvaient être saisies.
(1) . Procès-verbal de constat du 11 octobre 2007.
(2). F. Picard, L’épopée Renault, Paris, 1976, p. 185. Le même Picard écrivait au moment des faits dans son Journal clandestin : « Devant l’évolution de la situation générale, la volonté de résistance du patron s’accroît chaque jour davantage. Il redresse la tête et hausse le ton. Il n’en est pas de même malheureusement de tous les industriels français ». F. Picard, « Journal clandestin », De Renault Frères à Renault, n° 15 décembre 1977, p. 109. Le témoignage de Picard n’est pas à rejeter a priori, mais il faut le confronter à d’autres sources tout en comparant systématiquement ses propos de l’Occupation avec ses écrits postérieurs.
(3). Les huit petits-enfants de Louis Renault furent défendus à cette occasion par Maître Thierry Lévy.
(4). Voir Pascale Robert-Diard et Thomas Wieder, « Les héritiers Renault assignent l’Etat en justice », Le Monde du 12 mai 2011.
(5). Le Figaro du 11 janvier 2012.

33 réflexions au sujet de « L’affaire Renault devant la Justice »

  1. Claude G. Michel

    Bonjour,

    Félicitations pour votre action de réhabilitation de Louis RENAULT, un de nos plus grand entrepreneur contemporain, pionnier de la grand industrie dont la France a eu tant besoin en temps de paix et en effort de guerre (14-18 et jusqu'en 1940)

    Pour moi, Louis RENAULT se profile toujours derrière les productions automobiles Renault actuelles, ceci sans oublier les développements de l'entreprise depuis 1945.

    En souhaitant que vos efforts aboutissent recevez mes sincères salutations.
    Claude G. Michel

    Répondre
  2. Marcel B.

    Bonjour monsieur Dingli,

    J'ai acheté votre dernier livre concernant l'histoire RENAULT, je trouve injuste que le Juge n'ait pas ouvert le dossier de monsieur Louis RENAULT en 2011.

    Le droit doit toujours triompher.

    Le droit Européen est certainement plus adapté pour qu'il y ait un véritable jugement dans cette affaire concernant votre famille, notamment celle de votre épouse Hélène et l'Etat Français. Je vous l'ai dit dans mon dernier email dans un pays dit démocratique ,la confiscation ne doit pas être.Le dossier doit absolument être ouvert par une magistrature indépendante…

    En vous remerciant par avance de votre bonne compréhension,

    Recevez, Monsieur Dingli, mes sincères et respectueuses salutations

    Répondre
  3. Patrice P.

    En ce début d'année je pense à la souffrance de votre famille.

    Voici quelques réflexions.

    Votre adversaire a raison de dire que l'Etat ne commet pas de voie de fait; une personne morale ne peut commettre un fait, c'est certain. En revanche elle peut être tenue pour responsable du dommage causé par le fait de ses agents ou préposés.

    Le "fait peut-il être considéré comme un "acte de gouvernement"? D'après la jurisprudence du Conseil d'état, ne peuvent être considérés comme actes de gouvernement que les actes qui se rattachent aux relations avec les puissances étrangères et les actes en relation avec le pouvoir législatif; en admettant que ce soit le cas ici, on débouche sur une question purement politique.

    Il faut être lucide: Il est probable que ni le pouvoir judiciaire ni l'administration "statuant au contentieux" n'oseront remettre en cause un acte de nature politique. De plus la nationalisation de Renault est un tabou, un des totems de la France de l'après-guerre: votre action emporte des conséquences incalculables.

    De mon point de vue, la première démarche à entreprendre est donc d'obliger le pouvoir politique à se prononcer; alors seulement une action pourra être entreprise en fonction de la réponse des actuels pouvoirs publics.

    En espérant pouvoir vous être utile, soyez assurés de mon soutien.

    Répondre
    1. Patrice Pimoulle

      Voici ce qu’écrit le général De Gaulle, dans ses Mémoires de Guerre, T 3, p. 95-96: « on peut dire qu’un trait essentiel de la résistance française est la volonté de rénovation sociale. Mais il faut la traduire en actes. Or, en raison de mes pouvoirs et du crédit que m’ouvre l’opinion, j’ai les moyens de le faire. En l’espace d’une année, les lois et ordonnances et les lois promulguées sous ma responsabilité apporteront à la structure de l’économie française (…) Quant à la constitution des Etablissements Renault en une Régie nationale prononcée, il est vrai, non par principe, mais comme une sanction elle a pour conséquence de placer sous la coupe de l’Etat « l’usine-pilote par excellence ».
      Telle est donc la doctrine officielle relative à la nationalisation. Dès lors qu’il y a sanction, les principes généraux du droit ouvrent droit au respect de droit de la défense, que la « sanction » soit judiciaire, législative ou administrative.

      Répondre
      1. Patrice Pimoulle

        D’où trois actions envisageables:
        1) une action en réhabilitation, la famille ayant intérêt à agir pour rétablir l’honneur de son auteur; elle aurait pour effet d’interdire d’évoquer à nouveau les faits ayant donné lieu à sanction);
        2) une action en révision, sur la base « d’éléments nouveaux »;
        3) une action en cassation, pour violation de la loi (respect des droits de la défense).

        Répondre
  4. Marcel B.

    La meilleure manière de réabiliter monsieur Louis RENAULT,c'est non pas de voir le droit Français mais Européen qui selon moi serait plus juste. Je me rappelle la non ouverture du dossier en 2011.
    si l'Etat Français est démocratique ,il doit ouvrir le dossier de monsieur Louis RENAULT
    Dans un état démocratique,je ne vois pas l'intérêt de confisquer les biens de qui que ce soit et quelqu'en soit la raison.
    Je pense que vous êtes de la famille de monsieur Louis RENAULT?
    Qui est madame Hélène RENAULT-DINGLI?
    J'ai 52 ans,j'ai souvent été victime d'injustice
    Meilleurs vœux pour 2014
    M.
    N.B.: Restez s.v.p; en contact avec moi ,merci beaucoup ,je serai heureux de pouvoir vous aider

    Répondre
  5. Patrice P.

    Conference de Mme Lacroix-Ruiz.

    Je viens d'entendre une conference de cette dame.

    Paradoxalement, ses conclusions viennent dans le sens de vos intérêts.

    En effet, elle admet, en conclusion, 1° que les usines Renault n'ont pas plus "collaboré" (sic) que les autres entreprises de la branche, et elle cite des noms, et, 2°, que votre famille est sanctionnée en raison du symbole qu'elle représentait; à ceci s'ajoute, dit-elle, que de Gaulle devait donner un gage aux communistes.

    Ainsi votre adversaire reconnaît formellement que la sanction ne répond ni à un impératif de justice ni à une question d'intérêt général, mais bien à un motif d'opportunité politique relevant du fait du prince. Ce document présente d'autant plus d'intérêt que la rigueur et l'autorité scientifique de Mme Lacroix-Ruiz sont reconnues.

    J'en tirerai mes conclusions juridiques ultérieurement.

    Avec mes tous mes voeux de courage.

    Répondre
  6. Marc B.

    Bonjour Monsieur,

    Je voudrais ici vous faire part de mon entière solidarité dans le combat que vous avez engagé. Je découvre aujourd'hui votre site, j'en suis heureux car depuis environ cinquante ans, à la suite de la lecture du livre de Saint-Loup et des ouvrages qui ont suivi je me sentais bien seul….

    Cordialement,

    M.B.

    Répondre
  7. Hélène M.

    Bonjour,

    Je suis en train de regarder le reportage "spécial investigation", consacré à Louis Renault. Je suis outrée par la démagogie de l'historienne Lacroix Riz et du syndicaliste. Je ne comprends pas non plus que l'on s'en prenne à vous aussi sévèrement. Finalement, on vous reproche d'être qui vous êtes. C'est trop facile de taper sur des gens simplement parce qu'ils sont héritiers de quelque chose ou de quelqu'un.
    La jalousie transpire dans ce reportage.
    L'histoire est ce qu'elle est mais de nos jours, on a tendance à nous la montrer déformée, accommodée à la "sauce" de celui qui la relate. Mais je comprends, parce qu'au quotidien, je vis la même chose (à moindre échelle bien sûr !) Je suis française et je vis depuis une dizaine d'année en Nouvelle Calédonie. Je suis maitresse d'école, censée enseigner aussi la tolérance, et on me reproche la colonisation…
    Pathétique.

    Je tenais à vous envoyer ce petit message de soutien qui, je l'espère,
    contrebalancera un peu toutes les méchancetés que vous pouvez essuyer.
    Cordialement
    Hélène M.

    Répondre
  8. Antoine L.

    Magnifique emission sur Canal+, j'espére que l'Histoire reconnaitra votre thèse, choqué que ce soit la CGT et le Parti Communiste, dont je respecte par ailleurs l'action résistante, qui aient jugé Louis Renault,

    Bien amicalement,
    Antoine L.

    Répondre
  9. Victor R.

    Bonjour,

    Je tiens à saluer la qualité de votre site qui rend un juste hommage à la mémoire de Louis Renault.
    Les voies de la justice sont impénétrables mais ses petits enfants ont déjà remporté une éclatante victoire puisque le sort qui a été réservé à cet homme à la Libération a été porté à la connaissance du grand public. Tout un chacun connait maintenant la triste fin de ce grand industriel dont on oublie étonnamment la contribution à l'effort de Guerre durant la période 1914-1918. Admettons qu'il n'était peut être pas un grand pionnier du dialogue social mais on peut difficilement lui reprocher d'avoir été un homme de son temps.
    Chacun, selon sa sensibilité, peut se sentir plus proche de la condition ouvrière ou du statut d'industriel visionnaire à fort caractère, mais le bon sens conduit à s'indigner du traitement réservé à l'homme Louis Renault lors de son incarcération à la prison de Fresnes. Laissons la nationalisation de son entreprise pour ce qu'elle est, soit une spoliation pure et simple pour épancher la soif de vengeance sociale d'une partie des forces politiques au pouvoir après guerre, mais rendons justice à la mémoire d'un homme, à l'origine d'une indéniable réussite industrielle.
    Je souhaite à ses petits enfants que s'apaise leur rancœur et qu'une solution digne soit trouvée pour à la fois sauver la face de l'État Français et préserver la mémoire de Louis Renault.
    Meilleures salutations,
    Victor R.

    Répondre
  10. Nicolas A.

    Monsieur DINGLI,

    Je tenais à vous féliciter pour la réalisation de ce site et à vous remercier pour tout le travail que vous avez effectué afin de rétablir la vérité sur les dernières années de vie de monsieur Louis RENAULT.

    Toujours convaincu au fond de moi-même, et je ne saurais dire pourquoi, de l'innocence de Louis RENAULT face aux actes dont on l'accusait, j'ai toujours eu le plus grand intérêt à m'informer davantage sur la vie de cet homme exceptionnel, ainsi que sur la vie de la SAUR durant la période troublée de la seconde guerre mondiale.

    Or, les éléments que vous avancez, preuves à l'appui, donnent à des gens comme moi l'opportunité d'argumenter avec force la défense de Louis RENAULT lors de discussions évoquant ce sujet.

    Et votre épouse et vous-même le savez bien mieux que moi, ceci n'est pas de trop face au martelage soi-disant historique dont on nous gave, dès le collège pour justifier cette nationalisation-sanction qui n'est rien d'autre pour moi qu'une spoliation calculée.

    Voilà pourquoi je tiens, une fois encore, à vous remercier pour le travail que vous accomplissez, votre épouse et vous-même.

    Récemment installé dans l'Eure, j'espère pouvoir me recueillir au plus vite sur la tombe de monsieur Louis RENAULT. C'est un symbole auquel je tiens…

    Ne sachant comment être plus utile à réparer cette injustice, je continuerai, pour ma part, à défendre la mémoire et la vérité de Louis RENAULT lorsque l'occasion s'en présentera.

    Pour finir, je vous prie d'assurer Madame votre épouse ainsi que tous les membres de sa famille de mon soutien et de ma compréhension dans le long combat qu'ils mènent. Si mince soit-il, ce soutien sera, je l'espère un réconfort.

    Avec mes respectueuses salutations.
    Nicolas A.

    Répondre
  11. Jacques F.

    bonsoir Excellente réponse à madame RUIZ ,qui est plus SAVONAROLE qu 'agrégée d 'histoire ,et qui voit LOUIS RENAULT avec les yeux de Philippe SOUPAULT…"Le saigneur de BILLANCOURT" !Auriez vous de la documentation photographique sur l 'usine RENAULT de RYBINSK ? Construite en RUSSIE en 1914 ,et qui est aujourd'hui l 'usine du joint venture NPO/SATURN /SAFRAN ,pour la construction du réacteur du régional jet russe , Cordialement
    Jacque F.

    Répondre
  12. Eric P.

    Cher monsieur,
    j'imagine quelle doit être votre déception et celle de votre famille après cette décision d'incompétence. Ceci n'est qu'un retard et nul doute qu'un jour proche un tribunal rendra enfin justice à cet homme d'exception. En attendant, qui sait, de rebaptiser l'île Seguin l'île Renault.
    Très cordialement
    Eric P.

    Répondre
  13. Jacques V.

    Bravo, pour votre démarche et votre courage à vouloir réhabiliter la mémoire de Monsieur LOUIS RENAULT.

    Je me souviens, autrefois, alors que nous habitions " l'Annexe" à Herqueville, puis le Manoir,y avoir passé des moments merveilleux,tant ces lieux étaient imprégnés du passé qu'avait laissé Monsieur Renault.
    J'ai souvent emprunté son skif,aux Matelots, pour de longues promenades en Seine; à quelle époque.
    J'ai bien connu Monsieur "Jean Louis" et souhaite à ses enfants et petits enfants de réussir dans leur démarche.

    J.V

    (

    Répondre
  14. Jacques G.

    Bonjour,
    J'ai pris le temps de visionner le film sur Louis Renault sur FR3, et à cette occasion j'ai pu vous voir ainsi que votre Femme (petite Fille de Louis Renault); tout d'abord félicitations pour ce que vous faites, je regrette cependnat que Madame votre Femme n'ait pas évoqué le Tracteur; cependant, pensez-vous qu'il serait possible d'avoir un DVD de cette émission, car très riche en histoire et on y aperçoit un tracteur HI !
    Merci d'avance pour votre réponse
    très cordialement
    Bonnes fêtes de fin d'année

    Jacques G.

    Répondre
  15. Magnus K.

    Monsieur,

    Un peu spécialiste de cette navrante période, j'ai toujours considéré Louis Renault comme un véritable heros , qui avait purement été sacrifié au nom de la raison d'état: Il a été froidement torturé jusqu'à en mourir lors de son injuste et arbitraire incarcération à la prison de Fresnne. Monsieur Dop, quand à lui, ardent Nazi et financier de la cagoule, c'était barré en Valais, et attendait que les choses se calme…. Intervention divers, pots de vin et le reste… Le grand père de votre femme n'était ni anti juifs, ni collabo… La partie armement de l'entreprise, mise sous tutelle par Vichy, lui échappait totalement . Avec la complicité passive du gouvernement provisoiredu général de Gaulle, on a laissé les communistes Staliniens, commettre un des crimes les plus odieux de la libération… et dieu sait si il y en a eu….

    P.S. Il est évident que l'honneur de Louis Renault soit rétabli et que les héritiers soit justement compenser pour ce vol!!!

    Magnus K.

    Répondre
  16. Stef R.

    Bonjour Msr et mme Dingli,

    Mon nome est Stef R*** (64années)
    Mon passion est l'histoire et la vie de Louis Renault.
    En 2000, j'ai visté lors de la démolition l'ancienne usine et la collection voitures Renault a Paris.
    j'ai visité trois fois David S*** a Herqueville et bien sûr la tombe de Louis Renault. A l'invitation du propriétaire Jerremy G***, j'ai visité le manoir a Herqueville.
    Deux fois presqu'ile de Giens (Escampobar) et a rencontré Daniel I*** avec son bateau Briseis.
    Jái également visité deux fois Chausey et sommes devenus amis avec Jean-Michel T*** (Résident de l'íle Chausey) Ã travers lui que je visitais le Château Renault.
    Dans le Musee Maritime Rouen, je trouve le skiff de monsieur Renault et a rencontré le restaurateur Maitre carpentier Patrice M***.
    Dans une chantier a Normoutier je trouve le Cypris 1 (voilier) et propriétaire Frederic M***.
    Mon interesse est ausi les autre bateaux.
    Bien sûr,j'ai votre biographie Louis Renault et de visiter réguliérement votre site très intéressante.
    J'admire votre connaissance approfondie.
    j'ai vu votre interview sur la réhabilitation de Louis Renault.Je suis totalement d'accord avec vous.
    Maintenant qu'une demande polie:
    Lors de cet interview j'ai vu un buste de monsieur Renault.
    Est-il possible que vous envoyez une bonne photo de le buste?
    (peut-être digitale par mail)
    Je suis très reconnaissant à vous pour ce.
    (excise ,mon france est limité)
    En espérant une réponse positive,je vous salue poliment

    Stef R.

    Répondre
  17. G.

    J'ai pris beaucoup de plaisir a suivre le reportage sur Louis Renault et Andre Citroen sur la 3 le 14/12/11.
    Je ne pense pas que Louis Renault ai collaboré avec Hitler pour mois il a travaillé avec Ferdinand Porche ce qui explique les similitudes entre la 4cv et la coccinelle qui ont été toutes deux élabores avant guerre et pour le peuple (demande par Hitler ou pas ? ). Pour moi l état francais de l époque s en ai pris a Renault surtout pour ca fortune personnelle et industrielle belle affaire pour un pays ruine par la guerre pour l aider a redémarré . C est pour ca que je vous soutiens dans vos démarches. Je suis collectionneur passionné de voiture et pas historien ( il y a eu aussi des pneus Renault avant guerre pour voiture et surtout camion j en ai ) sincères salutations

    G.

    Répondre
  18. Alain P.

    Cher Monsieur;

    Je viens de voir le documentaire sur LOUIS RENAULT ET A. CITROEN qu'a diffusé France 3, je connaissais l'HISTOIRE de ce Grand et Immense LOUIS RENAULT, j'avais lu les mémoires magnifiques de Maître Isorni et lu votre livre LOUIS RENAULT.
    Votre femme defend remarquablement la mémoire de son grand père et c'est bien d'être invité sur une chaine , car personne ne connait cette triste fin certainement battu par les communistes qui voulaient se venger.
    C'est un combat superbe et j'espere que vous obtiendrez gain de cause.

    ALAIN P.

    Répondre
  19. Luc H.

    Bravo pour ce site et souhaits que le combat engagé par la famille de Louis Renault soit couronnée de succès et que justice soit rendue

    Luc H.

    Répondre
  20. Martine B.

    Cher Monsieur,

    En tant que filleule de Pierre L*** et fille de Bernard V***… Je tenais à vous exprimer mon sentiment concernant l'accusation de "collaboration" de Louis RENAULT pendant la guerre.

    Votre témoignage me parait crédible :RENAULT a toujours été un symbole très fort qui restera dans l'Histoire de la France, je pense qu'en effet les communistes se sont emparés de ce site industriel pour en faire un bastion de la lutte ouvrière.

    Je pense également qu'après la mort de Georges BESSE, ce sont les lobbies financiers qui se sont emparés de RENAULT dont le personnel n'avaient cessé de répéter "RENAULT,c'est la grande famille et espérons que ça dure…"

    Par la suite, l'entreprise n'a cessé de perdre son âme… jusqu'à sa disparition devenue envisageable depuis le rachat de NISSAN.

    Je n'ai jamais entendu mon père, bien qu'il ait été sympathisant communiste pendant la guerre, dire un seul mot contre Louis RENAULT.

    Bien sincèrement

    Martine B.

    Répondre
  21. Gilles N.

    Bjr monsieur , je suis un admirateur inconditionnel de votre grand pere et vous soutient sans condition dans votre combat pour sa réhabilitation

    Gilles N.

    Répondre
  22. Gilles D.

    Cher monsieur

    C’est consternant de voir qu’aujourdhui la cgt et le parti communiste continuent de travestir la verité au sujet de louis renault,

    A mon avis cela leur permet d’occulter leurs propres responsabilites dans leur attitude ,ils ne sont devenus resistants qu’apres l’entree en guerre de l’urss contre l’Allemagne………..

    Par ailleurs si c’est totalement legitime l’assignation des heritiers renault est peut etre trop rapide ,il aurait peut etre fallu que le debat et la verite historique que vous étes en train d’animer avance encore car certain mauvais esprits ne pourraient y voir qu’une affaire financiére ce qui n’est pas le cas.

    A votre connaissance y a-t-il une association crée pour la mémoire de l RENAULT

    A vous lire

    Bien cordialement.

    Gilles D***

    Répondre
  23. Pierre Asselot (suite)

    Dix ans seulement après le salon de Berlin, n’en déplaise aux détracteurs de Monsieur Renault, une autre photo sera prise, le 7 octobre 1948 au cinquantième anniversaire du salon de l’automobile de Paris, au Grand Palais, celle d’Alfred Asselot, son fidèle compagnon, souriant au Président socialiste Vincent Auriol serrant la main d’Emile Mathis qui, lorsque la France tomba aux mains des allemands, fit le choix de la quitter pour les États-Unis, emportant les plans de son usine, qu'il transmit aux américains pour qu'ils la bombardent afin de détruire la production de munitions que les allemands avaient lancée. (ci-jointe la photo que vous pouvez publier. Afred Asselot est à la gauche d’Emile Mathis).

    Alfred Asselot a pu poursuivre sa brillante carrière dans l’aéronautique et fut un jour désigné ‘Deputy Production Manager’ lors de la construction du Concorde.

    Voilà l’histoire et la famille de l’un des membres de « l’équipe de direction de collabos » , engagé par Louis Renault.

    Pour le maître de Billancourt, malheureusement, pas de présomption d’innocence, pas de privilège d’être arrêté menottes dans le dos et c’est en prison qu’il est mort sans pouvoir organiser sa défense.

    Et tout le monde aujourd’hui dénonce …la violence de la justice New Yorkaise. Décidément les Français ont la mémoire courte.

    Bien cordialement et bon courage à vous et à votre épouse.

    Pierre Asselot

    Répondre
  24. Pierre Asselot

    Alfred Asselot avait bien pour deuxième prénom Eugène, je vous laisse le soin de modifier si vous le souhaitez. Après le décès mon père, Médecin des troupes coloniales mort en service commandé, ma mère a tenu à ce que son frère ainé Alfred devienne le tuteur de ses enfants.

    Je n’ai pas encore lu votre biographie. Dans celle de Saint Loup que vous connaissez probablement, on peut lire: « Renault partout, sauf dans ce ciel qui le terrorise. Quand il engage Asselot pour Caudron-Renault, il lui dit : -Alors, vous voilà maintenant de la famille ?… Il y a de ces mots qui prennent au cœur et assurent une fidélité d’outre tombe ! ». Puis à la page suivante : « Riffard, Grillot, Lehideux et Asselot sont responsables des millions engagés par le maître de Billancourt ».

    Dans son « Epopée de Renault » Picard écrit : « Aux usines Caudron-Renault, les ouvriers en grève depuis le 5 septembre (1944) occupaient les ateliers. On priait un certain nombre de « collaborateurs » couchés sur une liste, d’évacuer les lieux. Cette liste dressée par on ne sait qui, on ne sait comment, comportait 61 noms. En tête Louis Renault, René de Peyrecave et Asselot…ensuite des chefs d’ateliers, des contremaîtres et des chefs d’équipe…Même Raymond Delmotte, dont j’avais suivi l’action courageuse dans la Résistance, en particulier à l’O.C.M., depuis 1940. ».

    Quand j’étais adolescent, j’ai souvent entendu ma mère (qui avec sa mère institutrice accueillait à Alger les intellectuels espagnols fuyant le régime franquiste, avant de rejoindre plus tard le service du chiffre et défiler à la libération avec De Gaulle), raconter les circonstances de l’arrestation de Monsieur Renault dont mon oncle avait été le témoin impuissant : « Une bande de salauds lui avait fait descendre à coup de pied dans la tête les escaliers de l’usine de Billancourt ».

    Mon oncle qui a été arrêté peu de temps après Monsieur Renault, le 3 Octobre 1944, a été libéré le 3 Janvier 1946, grâce peut être à l’intervention de l’un de ses frères qui « avait fait Monte Cassino avec Juin » et d’un autre qui était pilote de chasse. Il a donc pu préparer sa défense et établir son innocence. Ce qui n’a malheureusement pas été le cas de Monsieur Renault, décédé comme chacun sait en détention à l’infirmerie de Fresnes, d’une hémorragie méningée provoquée peut être d’après Saint Loup, « par les coups reçus dans la nuit du 3 au 4 octobre 1944 », et mais aussi à mon avis par ceux déjà reçus le jour de son arrestation.

    Les commanditaires de ce qui, selon le faisceau d’indices révélés par Saint Loup, apparaît à l’évidence à tout esprit impartial comme un crime, n’ont à ma connaissance jamais été ni recherchés, ni a fortiori inquiétés. Et Louis Renault, bientôt soixante dix ans après, continue toujours d’être trainé à terre.

    C’est là en effet le véritable scandale et non la prétendue collaboration de Monsieur Renault et de son équipe de direction , qui n’ont jamais eu qu’un tort peut être, celui de vivre trop intensément leur passion commune et de faire en même temps progresser la technique pour le bien du plus grand nombre, ainsi accessoirement, et cela on l’oublie, que de contribuer à nourrir, encore aujourd’hui, quelques milliers de bouches sur plusieurs continents.

    Pierre Asselot

    Répondre
  25. Marc G.

    Monsieur,

    Un ami, M. D***, m'a appris l'existence de votre site et je viens de le découvrir très récemment.
    Permettez moi de vous en féliciter. Il n'est pas cause plus juste que de vouloir rétablir Louis Renault dans son honneur.
    Il me semble difficile de comprendre qu'aujourd'hui encore il faille batailler pour faire éclater la vérité à ce sujet alors que le Mur de Berlin est tombé depuis plus de 20 ans entraînant l'idéal communiste dans sa chute. Quelques attardés ou nostalgiques défendent encore malgré tout la thèse de la pseudo trahison de Louis Renault, si commode pour justifier son assassinat et la spoliation de ses biens, que le parti communiste tout puissant de l'époque a orchestrés à la faveur des troubles de la Libération. Mais les mensonges ont la vie dure et le chemin sera encore long avant que le grand public ne s'intéresse à la tragédie de Louis Renault et que la vérité n'éclate. Votre contribution est essentielle pour y parvenir et je vous en remercie et vous en félicite à nouveau.

    Marc G.

    Répondre
  26. Jean-Marc Theisen

    Bonjour,

    Permettez-moi de vous contater du Luxembourg. Je suis un très grand supporter de Louis Renault et depuis l'âge de 12 ans (j'en ai 52 maintenant ) Renault est ma grande passion. Je possède tous les ouvrages sur Louis Renault, j'étais à Herqueville et je collectionne tout le concernant. Je possède des documents signés par lui et mon plus grand désir serait d'entrer en contact avec des membres de sa famille. Sa vie, son oeuvre me passionne énormément. En fait il est au centre de ma vie. C'est plus qu'une passion..

    Je suis heureux que la vérité sur sa vie est en train de devenir public.

    Je serai très heureux d'entrer en contact avec vous.

    Bien cordialement,
    Jean-Marc Theisen

    Répondre
  27. Stéphane B.

    Monsieur,

    Toujours à la recherche de la vérité historique, je constate avec beaucoup d'intérêt que la sphère médiatique commence (enfin) à entrouvrir la porte d'une lecture plus sereine des événements qui ont ponctué la fin de la seconde guerre mondiale. Je vous souhaite donc tout le meilleur dans la reconquête d'une dignité, qu'à mon sens, la famille de Louis Renault n'a jamais perdu.

    Passionné de belles réalisations automobiles, j'ai toujours considéré cet homme comme un visionnaire et c'est sans nul doute cette part de génie qui aura fait de lui un incompris. Face à la communauté humaine de son époque, il avait simplement l'ambition de voir plus loin et plus haut. C'est en tout cas ainsi que j'ai perçu ce personnage lorsque mon père a eu l'idée de m'offrir le livre de René BELLU qui retrace l'épopée de la marque au losange. Cet ouvrage m'avait fait tellement rêver que je n'ai jamais pensé qu'un homme à l'origine d'une telle création puisse être l'individu que certains me décriront plus tard. Aujourd'hui un peu plus âgé, je puis vous dire que mon bonheur est toujours intact lorsque je prends le volant ou simplement contemple la Viva Grand Sport qui occupe le garage familial. Si de scandale il doit être question, c'est bien celui du gâchis qui a conduit à faire perdre à la marque sa vocation à l’excellence. Dans une ultime utopie, il m’arrive parfois d’imaginer qu’un jour d’authentiques passionnés reprendront la barre d’un navire qui ne cesse de sombrer et donneront des héritières aux 40 CV et autres Reinastella…En ce qui me concerne, l'histoire de ce constructeur s'est arrêtée en 1939. Produire en masse des véhicules insipides n'offre aucun plaisir aux vrais amateurs. Cette situation est d'autant plus regrettable que les héritiers de ceux qui ont mené l'Europe et l'humanité toute entière à la guerre n'ont jamais été dépossédés de leurs moyens de production…et nous vendent aujourd'hui les véhicules que nous ne sommes plus capables de produire.

    Sans aucune prétention mais avec l’ambition de toujours lutter contre la bêtise et la médiocrité, je vous serai reconnaissant de considérer mon soutien dans votre démarche.

    Bien à vous
    Stéphane B.

    Répondre
  28. Thierry C.

    Alors voila j'ai appelé mon père..qui a "remué" ses vieux souvenirs en y apportant quelques précisions ..j'ai la chance qu'il ait encore une mémoire précise ce qui en fait une "véritable bibliothèque vivante" .Cette femme, dont Louis RENAULT a fait bénéficier de sa générosité,et de sa grande humanité, est Mme CHOLET Thérèse ( tante maternelle de mon père) elle était mariée a CHOLET Maurice ( chauffeur de Mr RENAULT) . L'hôtel était dans le 3éme arrondissement …

    Voila nos souvenirs…… qui deviennent maintenant les vôtres
    Thierry C.

    Répondre
  29. Thierry C.

    Bonjour

    Merci de votre réponse j'ai juste voulu vous encourager…vous me faites penser au petit fils SEZNEC..j'ai du respect pour les gens comme vous ! Je vais appeler mon papa aujourd'hui et je reviens vers vous ! amicalement
    Thierry C.

    Répondre
  30. Thierry C.

    Bonjour

    Mon père un homme âgé de 93 printemps m'a raconté une anecdote la semaine derniere que je voudrais que vous communiquiez a votre épouse.Louis RENAULT, avait (je ne sais plus au juste si c'était un chauffeur ou un majordome) un employé qu'il aimait beaucoup.Ce denier mourut jeune laissant une veuve avec enfants… c'était dans les années 1925 ou 1930 (je pourrais être plus précis si vous le souhaitez) et ce "monstre" de Louis paya a cette veuve un hôtel de 30 chambres a PARIS afin qu'elle puisse subvenir a ses besoins et élever ses enfants….voila ..no comment ! je connais des "salauds" moins humain non ? salutations
    Thierry C.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *