Une réflexion au sujet de « Histoire politique et sociale – généralités »

  1. Abdelhamid ElHadj

    1914. Les usines billancourt sont mobilisées pour la fabrication de matériel militaire pour l’armée française en guerre contre l’Allemagne.
    La fabrication des moteurs d’avions est délocalisée à Lyon.
    1916. L’aviateur marie-Jean Renault, fils de fernand,frère de Louis , est abattu par la DCA allemande.
    1917 Renault lance, en partenariat aec Berliet, entre autres, la fabrication de 5200 chars pour l’armée française.
    1935. Salon de l’automobile de Berlin. Louis Renault rencontre Hitler.
    1940 Pétain signe l’armistice et légalise la collaboration alors que Louis Renault est en Amérique. Les usines Renault sont mises sous administration allemande sous tutele technique du constructeur Daimler-Benz.
    Légaliste, Louis Renault attend l’avis de Vichy pour reprendre l’activité des usines, fermées après la déclaration de la guerre.
    1938. Ford, antisémite déclaré, reçoit la Grand-Croix de l’ordre de l’Aigle allemand.
    Pendant la guerre, des succursales françaises et allemandes de Ford fournissent la Wehrmacht ( Ford a demandé réparation à la France pour le bombardement de son usine de Poissy ) en exploitant des travaillés forcés au travail obligatoire et des prisonniers de guerre)
    Henry ford meurt en 1947 à 83 sans jamais être inquiété par l’administration américaine.

    Les héritiers de Louis Renault gagneraient à chercher à réhabiliter, légitimement, le nom Renault de 1914, 1916, 1917 et oublier le prénom Louis, un épisode malheureux mais légaliste, une qualité pour un industriel, de son temps, en conformité avec La république qui a choisi, entière, la paix de la collaboration avec l’Allemagne en sacrifiant, comme l’a dit Pétain, son honneur. Louis a croisé Hitler, en 1935, dans une rencontre technique de salon de l’auto, mais Chamberlain, Premier Ministre du Royaume-Uni est allé, fin 1938, à Munich pour signer avec Hitler une entente politique partagée par la France officielle, en sacrifiant aussi l’honneur pour la paix.
    Les petits enfants de Louis n’ont pas connu la collaboration et ne doivent pas avoir ses « complexes» et devraient plutôt revendiquer l’héritage de « Jean » Renault, l’aviateur français abattu par les Allemands et oublier, publiquement au moins, Louis qui n’avait pas la sympathie nazie de Henry Ford, son collègue américain, qui n’a jamais fait l’objet d’un quelconque reproche dans son pays, l’Amérique qui a libéré l’Europe du nazisme.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.