Europe 1 – Olivier Samain, 12 mai 2011

« Louis Renault n’a jamais collaboré »

200px-Europe_1.svgTEMOIGNAGE – Les petits-enfants du fondateur de la marque défendent la mémoire de leur aïeul.

Les huit petits-enfants de Louis Renault, co-fondateur de la marque au losange, sont pugnaces. 66 ans après la nationalisation de Renault, ils viennent de déposer un nouveau recours pour contester cette sanction et obtenir réparation. Hélène Renault-Dingli, petite-fils (sic) de Louis Renault, assure que son aïeul « n’a jamais collaboré ».

« Les archives de l’entreprise attestent que Louis Renault n’a jamais collaboré pendant la guerre. L’usine a été mise sous contrôle allemand dès le début, alors même que mon grand-père était en mission aux Etats-Unis auprès du président Roosevelt », se défend Hélène Renault-Dingli sur Europe 1.

« Louis Renault est un bouc-émissaire » :

« Il n’a pas produit de bombes incendiaires, encore moins produit de chars. Tout ça c’est une légende ! », s’emporte la petite-fille de Louis Renault. Pour Hélène Renault-Dingli, le fondateur de l’entreprise automobile a été victime du gouvernement de l’époque qui voulait céder aux communistes en « sacrifiant » un symbole du patronat : « Louis Renault est un bouc-émissaire », assure-t-elle.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *