L’Intransigeant, par R. Peyronnet de Torres, 17 février 1939

Piloté par Delmotte

Un avion français s’attaquera bientôt

au record du monde de vitesse

La construction de l’appareil et du moteur sera terminée au mois d’avril

intransigeant_17_2_39L’industrie aéronautique française consacre toute son activité à la construction d’avions et de moteurs pour notre armée de l’Air. Cependant le ministre de l’Air, M. Guy La Chambre, entend ne pas négliger totalement l’aviation de records, l’aviation de prestige : il a donné les moyens à l’ingénieur Riffard pour réaliser son projet d’avion de grande vitesse, tandis que l’Angleterre propose deux appareils et l’Allemagne attend pour rentrer en lice.

Le 29 avril 1937, à Istres, Delmotte dut se lancer en parachute : il se préparait à s’attaquer au record de vitesse ; l’Américain Howard Hugues lui avait ravi, le 13 septembre 1935, son record de 505 kilomètres/heure 848 (25 décembre 1934) en atteignant 567 kilomètres/heure 115. La rupture du plan de stabilisation avait contraint le vaillant pilote à abandonner sa machine en vol et à utiliser sa « bouée de sauvetage ».

Delmotte se prépare à effectuer un vol avec un de ses anciens avions de record.

L’ingénieur Riffard établit aussitôt un nouveau projet, qu’il nous exposa peu après le saut de Delmotte. Un avion identique, comportant quelques modifications et équipé d’un moteur d’une puissance de l’ordre de 800 C.V., paraissant capable de dépasser le record de vitesse des avions – 610 Kilomètres/heure 550 par l’Allemand Wurster – et aussi le record de vitesse des hydravions – 709 kilomètres/heure 209, par l’Italien Agello – ainsi que nous l’avons rappelé le 8 juillet 1938.

Et cet avion se lancera peut-être à l’assaut du record de vitesse sur cent kilomètres : 634 kilomètres/heure 320 par le général allemand Udet.

L’avion, un Caudron dérivé des appareils de la Coupe Deutsch de la Meurthe et du Caudron C-712 qui se brisa au sol le 29 avril 1937, et le moteur, un Renault de 19 litres de cylindrée, sont en cours de construction. Ils seront achevés pour le mois d’avril.

Le chef pilote Delmotte se rendra à Istres pour tenter de ramener en France le record du monde de vitesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *