La colonie Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours

Les moniteurs du camp de vacances Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours. Paul-Henri Détrie est au centre. Légèrement sur la droite, les deux jeunes hommes de grande taille sont, au premier plan, Bernard Vernier-Palliez (avec la corne en bandoulière), futur P-DG des usines Renault et, un peu en retrait, Jean Myon (celui qui sourit), futur cadre dirigeant de l'entreprise © Paul-Henri Détrie

Les moniteurs du camp de vacances Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours. Paul-Henri Détrie est au centre. Légèrement sur la droite, les deux jeunes hommes de grande taille sont, au premier plan, Bernard Vernier-Palliez (avec la corne en bandoulière), futur P-DG des usines Renault et, un peu en retrait, Jean Myon (celui qui sourit), futur cadre dirigeant de l’entreprise © Paul-Henri Détrie

La colonie Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l'Occupation allemande. Gaston Keledjian est au dernier rang,le troisième en partant de la gauche © Gaston Keledjian

La colonie Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l’Occupation allemande. Gaston Keledjian est au dernier rang,le troisième en partant de la gauche © Gaston Keledjian

detrie_camp_nemours

Camps de vacance Renault pendant l’Occupation © Paul-Henri Détrie

detrie_plan_nemours_1

Plan du camp de vacances Renault © Paul-Henri Détrie

Le camp de vacances Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours - Gaston Keledjian est au 2è rang, le troisième en partant de la gauche © Gaston Keledjian

Le camp de vacances Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours – Gaston Keledjian est au 2è rang, le troisième en partant de la gauche © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours 1942 ou 1943- Gaston Keledjian est au premier rang, le second en partant de la droite © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours 1942 ou 1943- Gaston Keledjian est au premier rang, le second en partant de la droite © Gaston Keledjian

La colonie de Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l'occupation allemande © Gaston Keledjian

La colonie de Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l’occupation allemande © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours 1942 ou 1943- Gaston Keledjian est au premier rang, le second en partant de la droite © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours 1942 ou 1943- Gaston Keledjian est au premier rang, le second en partant de la droite © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l'Occupation- Carnaval © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l’Occupation- Carnaval © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours 1942 ou 1943- Gaston Keledjian est au premier rang, le premier en partant de la gauche © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours 1942 ou 1943- Gaston Keledjian est au premier rang, le premier en partant de la gauche © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l'Occupation © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l’Occupation © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l'Occupation -Bataille de polochons. Gaston Keledjian au centre © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l’Occupation -Bataille de polochons. Gaston Keledjian au centre © Gaston Keledjian

detrie_camp_nemours_2

Roger Lézy et son frère au camp de Saint-Pierre pendant l'Occupation © Roger Lézy

Roger Lézy et son frère au camp de Saint-Pierre pendant l’Occupation © Roger Lézy

2 réflexions au sujet de « La colonie Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours »

  1. Henri Grzesiak

    Je suis né en 1948, mon père travaillait sur l’ile Seguin et nous habitions à Boulogne Billancourt.
    Très tôt, mon frère et moi sommes allés en colonies de vacances à Nemours puis avons participé aux camps d’ado. Je garde un souvenir inoubliable du camp itinérant “Sud-Ouest” d’août 1963 et du camp “France-Suisse-Italie” d’août 1964. Des amitiés nées de ces vacances merveilleuses durent encore 50 ans plus tard… Je suis repassé à Nemours il y a quelques mois et me suis rendu sur le lieu de la colonie, il ne reste plus rien si ce n’est une presse à emboutir et un quartier nouveau. Nemours change, hélas.
    Pourriez vous m’indiquer si des archives photos existent encore des 2 camps pré-cités de 1963 et 1964? C’est avec un très grand plaisir que je reverrais les visages et les lieus. Merci! Henri Grzesiak

    Répondre
    1. Claude Mesnil

      J’ai passé 5 semaines dans ce camp l’été 1954. Mes souvenirs sont assez précis. J’habitais aussi à Boulogne Billancourt. Le trajet s’est fait en bus à plateforme de la RATP. Les conducteurs ont dû être contents de ne plus évoluer dans les rues de Paris
      J’y ai dîné et passé une nuit 4 ans après en revenant d’une colonie dans les Alpes (Laffrey): le trajet s’était fait en car, contrairement aux autres séjours où l’on voyageait en train. Rien n’avait changé semble-t-il. Cette halte nous a permis d’être en forme pour l’arrivée le lendemain matin à Boulogne.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.