La colonie Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours

Les moniteurs du camp de vacances Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours. Paul-Henri Détrie est au centre. Légèrement sur la droite, les deux jeunes hommes de grande taille sont, au premier plan, Bernard Vernier-Palliez (avec la corne en bandoulière), futur P-DG des usines Renault et, un peu en retrait, Jean Myon (celui qui sourit), futur cadre dirigeant de l'entreprise © Paul-Henri Détrie

Les moniteurs du camp de vacances Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours. Paul-Henri Détrie est au centre. Légèrement sur la droite, les deux jeunes hommes de grande taille sont, au premier plan, Bernard Vernier-Palliez (avec la corne en bandoulière), futur P-DG des usines Renault et, un peu en retrait, Jean Myon (celui qui sourit), futur cadre dirigeant de l’entreprise © Paul-Henri Détrie

La colonie Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l'Occupation allemande. Gaston Keledjian est au dernier rang,le troisième en partant de la gauche © Gaston Keledjian

La colonie Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l’Occupation allemande. Gaston Keledjian est au dernier rang,le troisième en partant de la gauche © Gaston Keledjian

detrie_camp_nemours

Camps de vacance Renault pendant l’Occupation © Paul-Henri Détrie

detrie_plan_nemours_1

Plan du camp de vacances Renault © Paul-Henri Détrie

Le camp de vacances Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours - Gaston Keledjian est au 2è rang, le troisième en partant de la gauche © Gaston Keledjian

Le camp de vacances Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours – Gaston Keledjian est au 2è rang, le troisième en partant de la gauche © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours 1942 ou 1943- Gaston Keledjian est au premier rang, le second en partant de la droite © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours 1942 ou 1943- Gaston Keledjian est au premier rang, le second en partant de la droite © Gaston Keledjian

La colonie de Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l'occupation allemande © Gaston Keledjian

La colonie de Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l’occupation allemande © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours 1942 ou 1943- Gaston Keledjian est au premier rang, le second en partant de la droite © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours 1942 ou 1943- Gaston Keledjian est au premier rang, le second en partant de la droite © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l'Occupation- Carnaval © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l’Occupation- Carnaval © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours 1942 ou 1943- Gaston Keledjian est au premier rang, le premier en partant de la gauche © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours 1942 ou 1943- Gaston Keledjian est au premier rang, le premier en partant de la gauche © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l'Occupation © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l’Occupation © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l'Occupation -Bataille de polochons. Gaston Keledjian au centre © Gaston Keledjian

Saint-Pierre-lès-Nemours pendant l’Occupation -Bataille de polochons. Gaston Keledjian au centre © Gaston Keledjian

detrie_camp_nemours_2

Roger Lézy et son frère au camp de Saint-Pierre pendant l'Occupation © Roger Lézy

Roger Lézy et son frère au camp de Saint-Pierre pendant l’Occupation © Roger Lézy

4 réflexions au sujet de « La colonie Renault de Saint-Pierre-lès-Nemours »

  1. EVRARD Georges

    Né en 1929 j’étais à St Pierre en 1941.
    Près de 80 ans après j’en ai encore les meilleurs souvenirs
    Il y avait 4 sections par bâtiment. La mienne était tenue par un étudiant d’une vingtaine d’années.
    Il s’appelait Soldati.
    A la fin du séjour nous avons fait sur le stade un rassemblement sur l’écriture :” JEAN LOUIS RENAULT MERCI”
    Certains peuvent peut être encore s’en souvenir.

    Répondre
    1. Laurent Dingli Auteur de l’article

      Merci, cher Monsieur, pour votre précieux et touchant commentaire. Si vous avez d’autres informations à nous communiquer n’hésitez pas, je ne manquerai pas de les publier

      Répondre
  2. Henri Grzesiak

    Je suis né en 1948, mon père travaillait sur l’ile Seguin et nous habitions à Boulogne Billancourt.
    Très tôt, mon frère et moi sommes allés en colonies de vacances à Nemours puis avons participé aux camps d’ado. Je garde un souvenir inoubliable du camp itinérant “Sud-Ouest” d’août 1963 et du camp “France-Suisse-Italie” d’août 1964. Des amitiés nées de ces vacances merveilleuses durent encore 50 ans plus tard… Je suis repassé à Nemours il y a quelques mois et me suis rendu sur le lieu de la colonie, il ne reste plus rien si ce n’est une presse à emboutir et un quartier nouveau. Nemours change, hélas.
    Pourriez vous m’indiquer si des archives photos existent encore des 2 camps pré-cités de 1963 et 1964? C’est avec un très grand plaisir que je reverrais les visages et les lieus. Merci! Henri Grzesiak

    Répondre
    1. Claude Mesnil

      J’ai passé 5 semaines dans ce camp l’été 1954. Mes souvenirs sont assez précis. J’habitais aussi à Boulogne Billancourt. Le trajet s’est fait en bus à plateforme de la RATP. Les conducteurs ont dû être contents de ne plus évoluer dans les rues de Paris
      J’y ai dîné et passé une nuit 4 ans après en revenant d’une colonie dans les Alpes (Laffrey): le trajet s’était fait en car, contrairement aux autres séjours où l’on voyageait en train. Rien n’avait changé semble-t-il. Cette halte nous a permis d’être en forme pour l’arrivée le lendemain matin à Boulogne.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.