Note d’Albert Thomas à François Simiand, 28 octobre 1916

Source: AN 94AP 286

Prière à Simiand d’examiner ou de faire examiner par Oualid les papiers ci-joints de Renault.

1° – En ce qui concerne l’affichage des salaires, il y a une réunion de la Chambre syndicale de l’Automobile qui a dû se tenir hier soir. Renault est président de la chambre syndicale. Il croit que l’affichage des salaires aux pièces entraînerait beaucoup de difficultés. Il se propose de s’en tenir à l’affichage d’une sorte de salaire minimum dont les prix seraient établis comme il le propose par le tableau ci-joint.

Je lui ai dit que j’étais assez disposé à entrer dans cette voie, étant heureux de voir consacrer le salaire minimum par les patrons eux-mêmes et réservant le libre jeu des primes une fois le salaire minimum garanti.

De plus, les patrons s’engageraient à payer les ouvriers militaires au même prix que les ouvriers civils.

Mais il a été décidé que tu examinerais cela d’accord avec Héliès et avec Voilin. Au besoin même vous convoqueriez Renault à une petite réunion, mais il faudrait aller très vite en raison de l’agitation de certains patrons parisiens (…)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.