Note d’Albert Thomas à François Simiand, 31 octobre 1915

Source: AN 94AP 286

Je t’ai laissé, je crois, une note avec un papier de Renault, indiquant la nécessité d’envoyer d’urgence une circulaire pour le bon emploi de la main-d’oeuvre et surtout, dès l’abord, pour l’ouverture d’une enquête sur la répartition de la main-d’oeuvre civile et militaire, sur le nombre d’ouvriers militaires dans chaque usine par rapport à la production, etc.

Mes récentes conversations avec les inspecteurs techniques m’ont convaincu de l’urgence de cet effort.

Dans la région d’Annecy, par exemple, il y a des maisons entièrement fournies de main-d’oeuvre militaire, qui produisent tout à fait peu.

Nous aurons d’ailleurs à voir sur quelle base nous laisserons des hommes aux patrons, soit selon le nombre d’obus produits par les ouvriers, soit selon le contingentement d’ouvriers civils par rapport aux ouvriers militaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *