Louis Renault, l’un des artisans de la Victoire de 1918

Source: Renault Histoire

hommage_ft_17

Plaque offerte à Louis Renault par le personnel des usines pour célébrer sa nomination au grade d’officier de la Légion d’Honneur, le 6 septembre 1918. Sous l’égide de la République casquée, le char Renault écrase l’aigle allemand, tandis que s’élève un avion Renault et que le célèbre canon GPF accompagne les Poilus partant à la bataille © APR Droits réservés.

Louis Renault fut, dit-on, le seul civil à être élevé au grade d’officier de la Légion d’Honneur pendant la guerre 1914-1918 en raison des services rendus à la Nation. Si les premiers artisans de la Victoire furent les combattants, morts sur le Front, l’industriel et son personnel, employés et ouvriers, y contribuèrent de manière déterminante ; le premier en étant un animateur d’exception qui sut, avec d’autres constructeurs, étudier et fournir les armes dont la France avait besoin. Les seconds, surtout les ouvriers, souvent injustement dénigrés comme des “embusqués”, accomplirent un effort sans précédent, jusqu’à l’épuisement et dans des conditions particulièrement dangereuses. Il ne faut pas oublier non plus le rôle majeur joué par le colonel, puis général Estienne, le père du char d’assaut, soutenu dans cette tâche par le général Philippe Pétain, Louis Renault et ses proches collaborateurs, tels Charles-Edmond Serre ayant imposé l’idée d’un char léger, capable d’être fabriqué en série. En fait, Renault fabriqua de tout pour l’armée française, des obus, aux camions en passant par les avions ou les canons GPF (Grande portée Filloux). Mais c’est le char léger FT-17, adopté par les Américains puis par de nombreuses armées du monde, qui resta comme le principal symbole de la victoire. Pendant la grande offensive allemande de mars 1918, Paris se trouva une nouvelle fois sous la menace des canons ennemis. Or l’utilisation massive de chars d’assaut légers contribua de manière décisive à la contre-offensive victorieuse des Alliés au cours de l’été 1918.

ft_17_wagon_armistice

Char d’assaut Renault FT 17 de la guerre 1914-1918 et wagon de l’armistice Paris, hôtel des Invalides © LL / Roger-Viollet/Paris en Images

defile_1

Fête de la Victoire – Les chars Renault défilant le 14 juillet 1919 à Paris. ND-101732 © LL / Roger-Viollet/Paris en Images

Les Allemands ne s’y trompèrent pas. Le 2 octobre 1918, le commandant suprême des armées allemandes déclara à la tribune du Reichstag: “Il n’y a plus aucune possibilité de vaincre l’ennemi, et le premier facteur ayant déterminé ce résultat, c’est le char d’assaut”. L’année suivante, Ludendorff confia à un journaliste suédois: “Les Français ont eu cette rare fortune de trouver un grand général ; ce général s’appelait Louis Renault”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.