Procès-verbal de première comparution (de René de Peyrecave devant le juge Martin) le 23 septembre 1944

Source : A.N. Z 6NL 9

(…) D’ores et déjà, je tiens à protester contre cette inculpation infamante que rien ne justifie. Tout mon passé, au contraire, témoigne de mes sentiments nationaux. Je suis Lieutenant-Colonel de l’Armée de l’Air, Commandeur de la Légion d’honneur au titre militaire ; huit citations, trois blessures. Deux de mes fils ont été tués à la dernière guerre ; un troisième est Lieutenant pilote dans l’Armée Française du Sud ; un quatrième vient de s’évader d’Allemagne. Je suis tuteur d’un petit-fils orphelin de père et de mère, dont le père a été tué à la guerre.

Réflexion faite, je prends d’ores et déjà comme Conseil, maître Ribet.

Lecture faite persiste et signe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.