Le Populaire, La Montagne, 15 janvier 2011, par Laurent Bonilla

Capture d’écran 2015-12-28 à 16.06.24Le Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane condamné

Parmi les nombreux documents de l’exposition permanente du Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane figurait une photo représentant l’industriel Louis Renault aux côtés d’Adolf Hitler et Hermann Göring. Elle était censée illustrer la « collaboration policière et industrielle », selon les panneaux du Centre.

Elle était légendée ainsi : « Louis Renault présente un prototype à Hitler et Göring à Berlin en 1938 […] Louis Renault fabriqua des chars pour la Wehrmacht ».

Les héritiers de Louis Renault, qui se battent pour réhabiliter la mémoire du fondateur de la marque, apprennent tardivement que le centre radounaud expose cette photo (elle est présente dès l’ouverture du musée, en 1999). Ils demandent à ce qu’elle soit retirée.

« Jamais, disent-ils, Louis Renault n’a collaboré. Des chars allemands ont bien été réparés dans les ateliers Renault, mais ceux-ci avaient été réquisitionnés par l’occupant. »

Ils estiment également qu’une photo d’avant-guerre ne peut illustrer la période de l’Occupation (rappelons que la légende précisait qu’elle datait de 1938 alors qu’elle datait en fait de 1939), puisqu’à l’époque la France et l’Allemagne étaient en paix.

Pour autant, le Centre s’estime dans son bon droit et rejette la demande des Renault. Quand ces derniers assignent le Centre en référé au TGI de Limoges, ils perdent.

« La vérité historique contemporaine considère que les usines Louis Renault collaborèrent à l’effort de guerre du Reich », souligne le jugement.

Mais les Renault persistent et la cour d’appel de Limoges leur donne raison. Celle-ci estime qu’il existe un débat parmi les historiens au sujet de Louis Renault collaborateur, que « le Centre de la Mémoire a dénaturé des faits et commis une négligence grave dans la vérification des informations […], a manqué à son devoir de prudence et d’objectivité exigé de tout historien […] ».

L’arrêt stipule également qu’aucun travail historique n’infirme une décision judiciaire du 30 avril 1949 (*) disant que les usines Renault n’avaient pas fabriqué de chars ou de chenillettes mais avaient été obligées d’effectuer des réparations durant la guerre.

Le Centre a été condamné à retirer la photo et payer 2.000 euros aux plaignants. Ce qu’il a fait.

C’est Le Monde Magazine qui a révélé l’affaire.

Le sénateur haut-viennois Jean-Claude Peyronnet, président du Centre, reconnaît l’erreur de date sur la légende (« elle a échappé à tout le monde »), estime toutefois « qu’il n’y avait aucune raison de retirer la photo quand les héritiers de Renault nous l’ont demandé à l’amiable », et s’interroge : « est-ce aux juges de faire l’histoire ? Je pense que c’est plutôt aux historiens ».

Reste une question : en gardant la plus grande discrétion sur cette affaire, le Centre n’a-t-il pas perdu une occasion de faire vivre le débat historique que son président appelle de ses voeux ?

Laurent Bonilla

(*) Louis Renault, accusé de collaboration, est décédé en prison le 24 octobre 1944 à l’âge de 67 ans, un mois après son incarcération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *